Savoir-faire
L’énergie lumineuse (DLI) doit être un guide pour la production optimale de légumes

Le rayonnement est un facteur important pour un bon contrôle du climat. En outre, l’énergie lumineuse (DLI) est importante pour la culture.

L’énergie lumineuse (DLI) doit être un guide pour la production optimale de légumes

À l'origine, les mesures de la lumière n'étaient pas conçues pour l'horticulture, mais pour l'homme. L'œil humain est sensible à peu près aux mêmes longueurs d'onde que celles de la gamme des rayonnements photosynthétiques actifs (PAR). Mais nous voyons certaines couleurs mieux que d'autres. Ceci a clairement été pris en considération pour les mesures de la lumière et est à l’origine de l’unité « lux ». Certains producteurs expriment encore la puissance de leurs lampes d’assimilation en lux, mais cette unité n’est pas du tout adaptée pour caractériser la lumière utilisée par les plantes.
La lumière est constituée de particules appelées photons. Pour la plante, chaque particule est égale et contribue à la photosynthèse. Il est donc logique de se référer à la quantité de lumière en nombre de particules. L'unité utilisée est une mole (ou micromole µmol) ; une mole comprend un nombre énorme de particules, à savoir 6 x 10²³. Parce qu'il y a un flux constant de particules lumineuses, on se réfère à un flux exprimé en µmol/m2/s, donc le nombre de particules par m2 par seconde.

Mesure de la lumière dans la serre

Mesurer la lumière dans la serre n’est pas chose facile. Bien qu’il existe des capteurs quantum PAR, qui mesurent la partie pertinente de la lumière, l’installation d’un luxmètre est important. En effet, la lumière varie avec l’heure de la journée et avec les conditions météorologiques. Il existe, pour chaque culture, une intensité lumineuse optimale avec laquelle elle fonctionne le mieux : la photosynthèse la plus élevée et le moins de stress. S’il n’y a pas suffisamment de lumière, la production est à la traîne.
Alors, comment savoir si la culture reçoit suffisamment de lumière si l'intensité et les mesures fluctuent toujours ? L’énergie lumineuse (DLI) peut aider à répondre à cette question. L’énergie lumineuse (DLI) est la quantité totale de lumière PAR que la culture reçoit en une journée. Soit la quantité de moles par m2 par jour : mol/m2/j. Il y a des capteurs qui enregistrent automatiquement la DLI.

DLI optimale

Au cours d’une année, l’énergie lumineuse (DLI) peut varier considérablement, passant de 2-5 mol/m2/j en périodes de faible luminosité dans les régions tempérées à 25-30 mol/m2/j en haute saison dans les régions bénéficiant de beaucoup de luminosité.
Chaque culture croit dans une gamme d’énergie lumineuse (DLI) optimale. Si la quantité de lumière tombe en dessous de cette valeur en une journée, la production n’est pas suffisante. Si la quantité de lumière dépasse cette valeur, la lumière est perdue et des dommages pourraient se produire. De plus, le niveau de luminosité à tout moment fait la différence. S'il augmente trop, les dommages se produiront même si la DLI reste dans les limites.
L'Université Purdue en Amérique a effectué de nombreuses recherches sur les DLI optimales. La tomate et le poivron sont des cultures aimant la lumière et qui peuvent supporter de 20 à 30 mol/m2/j. Une culture de tomate adulte nécessite au moins 22 mol/m2/j pour une bonne productivité. Même une valeur de 30 mol/m2/j n’est pas un problème, à condition que l'humidité ne soit pas trop faible. Ces valeurs sont légèrement inférieures pour le paprika. D'autre part, 14-16 mol/m2/j est idéal pour une culture de laitue adulte sur substrat.

Revêtements

La DLI optimale est une question importante à considérer lors du choix d'un revêtement pour le toit de la serre. Les cultures aimant la lumière doivent recevoir beaucoup de lumière, mais il est important d'offrir de l’ombre en cas de pics élevés pour éviter les dommages. ReduFuse et ReduFuse IR sont très appropriés pour cela. Moins d'ombrage est une bonne solution pour les cultures de légumes avec une DLI optimale inférieure.
En outre, la DLI peut fournir une orientation lors de la prise de décisions sur le moment d'allumer et d'éteindre l'éclairage d'assimilation. Pourtant, les décisions sur le moment de fermer un écran d'ombrage au-dessus des cultures légumières ne sont souvent pas déterminées par la DLI, mais par les pics d'intensité lumineuse à un certain moment de la journée.


Retour au sommaire

Article pouvant également vous intéresser :


Utilisation des revêtements techniques : Quels en sont les avantages ?

Utilisation des revêtements techniques : Quels en sont les avantages ?

Investir dans un revêtement assure un meilleur résultat et une meilleure qualité du produit. Le retour sur investissement dépend précisément des conditions. Willem Valstar, de StarGrow Consultancy, conseille les producteurs de tomates sur l'approche économiquement la plus rentable.

Vous voulez en savoir davantage ?

Afin d’enrichir les connaissances des producteurs et consultants, nous publions des articles approfondis sur la régulation du climat et de la lumière sous serres grâce à nos produits. Ces articles sont disponibles en anglais, allemand et néerlandais.

Vous pouvez filtrer les sujets qui vous intéressent et vous désabonner à tout moment.

ReduSystems® est une marque de Mardenkro B.V. Tous droits réservés © par Mardenkro B.V.