Savoir-faire
« Le climat de la serre détermine 80 % de la production »

Sans ReduSol, les plants de tomates de Philippe Bertolotto ne produiraient presque rien en été. Les moments de l'application et du nettoyage sont cruciaux, et constituent un casse-tête chaque année.

Lisez les expériences de Philippe Bertolotto avec ReduSol

Parmi toutes les parties du plant de tomate, les bourgeons axillaires sont les plus sensibles à une température trop élevée. C’est là que se forment les nouvelles feuilles et fleurs, et si cela se passe mal, la production s’effondre. À la deuxième place sur la liste des parties les plus vulnérables de plantes, il y a la fleur. Trop de chaleur entraîne des petites fleurs qui se fixent très mal. C'est parce que le pollen n'est pas fertile.
« À mesure que la température augmente, nous voyons ce phénomène se développer dans nos serres. La culture est affaiblie, les feuilles sont plus courtes et nous avons des problèmes de nouaison et de floraison. Un autre point est que les bourdons restent dans leur ruche en cas de grosses chaleurs. Il faut donc à ce moment-là avoir prévu un revêtement pour pouvoir continuer la production, » dit Philippe Bertolotto.

Application du revêtement à l’aide d’un hélicoptère

Son entreprise, l'Earl Philippe à Eyguières, dans le sud de la France, produit des tomates rondes, des tomates en grappe et des Cœur de bœuf (Côtelée Aumônière) dans des serres en verre, en plastique et dans des tunnels. La vente se fait en direct aux détaillants, aux grossistes et expéditeurs.
« Nous appliquons ReduSol par hélicoptère en deux couches. La première application, sur la serre en verre, a lieu début mai. La serre en plastique peut continuer sans revêtement. Début juin, le pilote de l’hélicoptère traite à la fois les serres en verre et en plastique. Ensuite, la serre en plastique reçoit fin juin une deuxième couche, sachant que l’épaisseur dépend de la météo. Si nous pensons que le revêtement sur la serre en verre est encore trop mince pour les conditions estivales, l'hélicoptère repasse une troisième fois, » dit-il.
À chaque application, l'effet est immédiat. La culture a besoin de quelques jours pour s’habituer à la nouvelle situation. Ensuite, elle retrouve sa vigueur de croissance avec des feuilles plus volumineuses et une meilleure nouaison du fruit.

Déterminer le bon moment

« Il est important de déterminer le bon moment pour l'application. Le matin, le toit de la serre peut être encore trop humide. Il serait donc difficile d’appliquer le revêtement correctement. Plus tard dans la journée, il y a souvent trop de vent. Il est alors difficile d’appliquer le revêtement uniformément, » dit-il.
Le moment de la suppression est lui-aussi crucial. Une fois que les fruits commencent à mûrir, une incidence maximale dans la serre est nécessaire, en lieu et place de la protection. « L'année dernière, nous avons appliqué ReduClean à la mi-août, nous nous attendions alors à suffisamment de pluie pour éliminer le revêtement. Mais cela reste une décision compliquée. En septembre, il peut faire encore si chaud que les feuilles brûlent encore, » indique Philippe. Il réfléchit à nettoyer en premier sur la chapelle plastique un coté du toit (coté levant), et seulement ensuite le reste du toit.

Mieux pour les cultures et le personnel

ReduSol crée un meilleur climat dans la serre : il y fait plus frais, plus humide et les ouvrants peuvent rester fermés plus longtemps. En conséquence, le CO2 reste plus à l'intérieur, ce qui a un effet positif sur la production.
« Le climat de la serre détermine 80 % de la production, » dit le producteur. « Sans revêtement, nous ne récolterions presque pas de fruits en été, des fruits qui seraient en outre très tachés et difformes. Maintenant la production et la qualité restent à niveau. Et tout aussi important : le personnel se sent lui-aussi beaucoup mieux sous le revêtement. Nous appliquons une couche supplémentaire de ReduSol sur la couverture de la serre au-dessus de l'allée centrale pour réduire davantage le rayonnement. C'est pour nous bien plus agréable. »

Effet sur les aleurodes

Enfin, ReduSol joue un rôle dans la protection des cultures. S'il fait très chaud dans la serre, les aleurodes se reproduisent très rapidement. Les Macrolophus prédateurs, qui sucent les aleurodes, n’aiment justement pas la chaleur et se cachent alors sous la culture. « Si vous éliminez trop rapidement le revêtement à l'automne, vous pourriez donc avoir à nouveau des problèmes avec les aleurodes. Il faut bien réfléchir au moment de nettoyage, c’est-à-dire de ne le faire trop tôt, » explique Philippe.
Dans l'ensemble, il est satisfait de l’utilisation de ReduSol. « C’est une solution très flexible. Les options pour le réglage de précision dépendent encore de la fin de la saison de revêtement, » conclut-il.


Retour au sommaire

Article pouvant également vous intéresser :


Trois couches de ReduSol permettent d’atténuer la chaleur extrême de l'été

Trois couches de ReduSol permettent d’atténuer la chaleur extrême de l'été

Dans le passé, il appliquait deux couches de ReduSol. Mais en réponse aux derniers étés chauds, Jean-Yves Scardigli a décidé d’utiliser Redusol d’une nouvelle manière : trois couches appliquées en mai, juin et juillet. Cela fonctionne parfaitement avec le climat chaud du sud de la France.

Lire la suite sur l'approche du producteur de tomates, Monsieur Scardigli

Vous voulez en savoir davantage ?

Afin d’enrichir les connaissances des producteurs et consultants, nous publions des articles approfondis sur la régulation du climat et de la lumière sous serres grâce à nos produits. Ces articles sont disponibles en anglais, allemand et néerlandais.

Vous pouvez filtrer les sujets qui vous intéressent et vous désabonner à tout moment.

ReduSystems® est une marque de Mardenkro B.V. Tous droits réservés © par Mardenkro B.V.