Savoir-faire
Trois couches de ReduSol permettent d’atténuer la chaleur extrême de l'été

Dans le passé, il appliquait deux couches de ReduSol. Mais en réponse aux derniers étés chauds, Jean-Yves Scardigli a décidé d’utiliser Redusol d’une nouvelle manière : trois couches appliquées en mai, juin et juillet. Cela fonctionne parfaitement avec le climat chaud du sud de la France.

Jean-Yves Scardigli a décidé d’utiliser Redusol d’une nouvelle manière

Avec son fils Cyril, Jean-Yves Scardigli possède 6 hectares de serres de tomates à environ une soixantaine de kilomètres de Marseille.
« En été, l’ensoleillement est tel que ne pas peindre les toitures n'est pas envisageable ici. En effet, la chaleur engendrée par l’ensoleillement crée des problèmes sur la nouaison et le bon développement des fruits, » explique-t-il.
Il a fallu beaucoup de temps avant que Jean-Yves et Cyril ne trouvent la bonne approche, et les étés chauds de ces dernières années ont constitué un défi supplémentaire. « Cela fait cinq ans que nous utilisons du ReduSol. Avant cela, nous avions utilisé d’autres produits. Tout d'abord, un type de craie pulvérisée que nous devions appliquer à plusieurs reprises tout au long de la saison. Puis nous avions utilisé plusieurs années un produit translucide à base de mica qui ne convenait plus avec l’augmentation de température de ces dernières années », se souvient-il.

Satisfait de ReduSol

Grâce à ses collègues de la région et à son conseiller en cultures, il a découvert ReduSol.
« Ça a été un succès dès la première saison, et nous en sommes toujours satisfaits, » dit-il.
Auparavant, il appliquait deux couches : la première à la fin avril et la seconde fin mai. Mais avec les étés de plus en plus chauds, cela ne suffisait plus. L'année dernière, il a donc appliqué trois couches, dont la dernière début juillet : 6 seaux par hectare à chaque fois. « La couche de début mai permet de réguler les premières chaleurs tout en permettant aux plants de bénéficier d’une luminosité optimale. La deuxième couche début juin est importante, car c'est à ce moment qu'il commence à faire chaud, elle permet ainsi d’éviter les problèmes de nouaison. En juillet, nous devons alors fournir un ombrage supérieur ce qui permet de conserver une qualité de fruit optimale. C’est la raison pour laquelle nous appliquons une couche supplémentaire sur le dessus, » dit Jean-Yves. De cette façon, il maintient l'équilibre entre utiliser la lumière et protéger la culture.
Toutes les couches sont appliquées par hélicoptère, une méthode rapide et efficace. En trois heures, il couvre l'ensemble des six hectares. Cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de garder les aérations fermées longtemps lors de l'application, » explique-t-il.
Le producteur contacte toujours bien à l'avance la compagnie d'hélicoptères afin qu'ils puissent appliquer le revêtement au bon moment. Seul le mistral provoque parfois des problèmes.
Ils enduisent également les parois latérales de ReduSol. Avec un pistolet pulvérisateur, ils appliquent huit seaux pour les façades des 6 hectares. Cette couche reste là tout au long de l'année et si elle s’estompe, ils pulvérisent à nouveau. « La lumière directe venant des parois latérales ne fait pas du bien aux plants. En blanchissant les façades nous conservons ainsi la qualité de nos fruits » dit-il.
Fin août, l'hélicoptère pulvérise du ReduClean sur le toit des serres et les pluies d'automne nettoient à nouveau la serre.

ReduHeat

« Nous sommes très satisfaits de notre approche et n'avons jamais eu de problèmes. Sous le ReduSol, nous voyons des tomates bien formées, et joliment colorées. Nous estimons également que les plants utilisent 20 % moins d'eau. C'est très bien, car nous ne pouvons pas les arroser plus de trois fois par heure. Les employés sont également très heureux que nous appliquions une couche au printemps. Cela rend le climat dans la serre beaucoup plus agréable pour travailler », dit-il.
Les inconvénients ? « Il ne m’en vient qu’un seul à l’esprit : si le temps avait été nuageux pendant une longue période en juin, nous aurions perdu trop de lumière. Mais cela n'a pas été le cas, l'année dernière, » dit-il.
Jean-Yves voit encore plus de potentiel pour améliorer son système, notamment en remplaçant la première couche par du ReduHeat en mai. « Cela nous permettrait d'optimiser la quantité de lumière au printemps, tout en abaissant la température. Il devrait néanmoins toujours appliquer les deux couches de ReduSol en juin et juillet. En 2019, cette troisième couche a vraiment fait la différence. »


Retour au sommaire

Article pouvant également vous intéresser :


Mettez les cultures à l’abri du stress cet été

Mettez les cultures à l’abri du stress cet été

Les plantes aiment la régularité. Tout stress entraîne une baisse de production ou une perte de qualité. Les revêtements vous aident à ce que votre production se déroule de façon sereine.

En savoir plus sur la prévention du stress

Vous voulez en savoir davantage ?

Afin d’enrichir les connaissances des producteurs et consultants, nous publions des articles approfondis sur la régulation du climat et de la lumière sous serres grâce à nos produits. Ces articles sont disponibles en anglais, allemand et néerlandais.

Vous pouvez filtrer les sujets qui vous intéressent et vous désabonner à tout moment.

ReduSystems® est une marque de Mardenkro B.V. Tous droits réservés © par Mardenkro B.V.