Savoir-faire
Répondre aux changements climatiques avec ReduSol

L'Earl Provence Alpilles avait déjà l'habitude de cultiver dans un climat chaud et sec avec un fort Mistral. Mais les étés de ces dernières années nous ont obligés à faire des ajustements : nous avons dû appliquer des couches plus épaisses, et ce plusieurs fois.

L'Earl Provence Alpilles utiliser ReduSol

« Vous ne pouvez pas cultiver ici, dans le sud de la France, sans appliquer de revêtement. Les plantes cesseraient de croître, s’affaibliraient, et nous devrions alors cesser les activités trois mois plus tôt. La culture revient complètement à la vie dès que nous appliquons le revêtement. Et cela vaut également pour le personnel ! » déclare le responsable Florent Dublé.

Avec son père, son oncle et deux cousins, il fait partie de la direction de L'Earl Provence Alpilles à Eyguières, dans le département des Bouches-du-Rhône. La société a 7,5 hectares de serres, dont 3/4 en verre et 1/4 en plastique. Ils cultivent des tomates sur substrat : dans la plus haute serre en verre, des tomates en grappe, et dans les serres inférieures et les serres en plastique une multitude de tomates spéciales, environ quatorze variétés au total. Les produits sont directement vendus aux commerçants.
Le climat est un véritable défi : chaud et sec, mais parfois très froid à cause du mistral. Ce vent vient du massif des Alpilles, parfois à des vitesses de 120 à 130 km/h.

Appliquer en plusieurs fois

« Mon père a commencé, il y a plus d’une quinzaine d'années, à utiliser ReduSol, et depuis, nous l'utilisons toujours avec satisfaction », dit-il.
La serre de tomates en grappe est couverte avec douze seaux par hectare, en deux fois. La première fois se fait à la fin avril, la seconde fin mai. « Cela se fait en une seule matinée. Nous engageons un pilote d'hélicoptère, qui est presque disponible à la demande, » dit-il.
Le toit de la serre des tomates spéciales est appliqué avec seize seaux par hectare, car il y a des variétés vraiment très vulnérables.
« Au cours des dernières années, nous avons augmenté quelque peu le nombre de seaux à l’hectare. Cela était nécessaire en raison du changement climatique. Cette année (2020), nous allons adopter une approche différente : 14 seaux pour les tomates en grappe et 18 pour les tomates spéciales, et nous appliquons le revêtement plus tôt dans l'année. La première couche se fait déjà début avril. En outre, nous pensons à appliquer trois couches au lieu de deux, par exemple, début mai et début juin, » dit Dublé.
Dès que le revêtement a été appliqué, les plantes revivent vraiment. Elles reprennent de la vigueur et ont besoin de moins d'eau pour continuer a se développer. Le climat dans la serre est alors plus humide et plus frais en journée
« Nous ajustons alors les paramètres dans l'ordinateur climatique. Il est moins nécessaire d’actionner les ouvrants, plus de CO2 reste donc à l'intérieur. Nous mesurons l'humidité de la serre et la température des plantes : grâce au revêtement, toutes deux baissent. Les plantes ont aussi une meilleure apparence : il y plus de grandes feuilles dans le haut et les entre-nœuds sont plus courts. »

Un meilleur contrôle des parasites

L'effet sur la lutte contre les parasites est également remarquable. « Quand il fait plus chaud, les aleurodes se développent à une vitesse fulgurante, tandis que leurs ennemis naturels - les Macrolophus prédateurs - ne résistent pas très bien a trop de chaleur. ReduSol rafraîchit la serre. Suite à cela, le Macrolophus résiste mieux et les aleurodes se développent moins rapidement. Il est alors beaucoup plus facile d'atteindre un équilibre naturel, » explique Dublé.
Début mai arrive également la punaise miride Nesidiocoris tenuis. Elle pique les bourgeons des plantes, provoquant la chute des fleurs ou une mauvaise floraison et causant beaucoup de dégâts. Plus la serre est fraîche et ombrée, moins la punaise peut provoquer de dégâts. Là aussi, ReduSol contribue à la protection des cultures.
Au final, Dublé est très satisfait de ReduSol. Il faut noter tout de même, qu'il faut une bonne pluie pour éliminer le revêtement de la couverture de la serre. L'année dernière, il n'a pas plu pendant un mois après l'application de ReduClean. « Cela ne fut pas un problème, car il faisait encore très chaud. Mais si vous voulez quand même l’éliminer, il faut alors utiliser à nouveau ReduClean. »


Retour au sommaire

Article pouvant également vous intéresser :


Trois couches de ReduSol permettent d’atténuer la chaleur extrême de l'été

Trois couches de ReduSol permettent d’atténuer la chaleur extrême de l'été

Dans le passé, il appliquait deux couches de ReduSol. Mais en réponse aux derniers étés chauds, Jean-Yves Scardigli a décidé d’utiliser Redusol d’une nouvelle manière : trois couches appliquées en mai, juin et juillet. Cela fonctionne parfaitement avec le climat chaud du sud de la France.

Lire la suite sur l'approche du producteur de tomates, Monsieur Scardigli

Vous voulez en savoir davantage ?

Afin d’enrichir les connaissances des producteurs et consultants, nous publions des articles approfondis sur la régulation du climat et de la lumière sous serres grâce à nos produits. Ces articles sont disponibles en anglais, allemand et néerlandais.

Vous pouvez filtrer les sujets qui vous intéressent et vous désabonner à tout moment.

ReduSystems® est une marque de Mardenkro B.V. Tous droits réservés © par Mardenkro B.V.